Comment rechercher un emploi sur Internet?

De façon générale, il existe huit sources sur Internet pour trouver de l’emploi :

Les sites des employeurs

La première source pour trouver des emplois ciblés. La complexité des sites d’emplois corporatifs peut varier d’un employeur à l’autre. Les plus simples sont simples à maintenir et peu dispendieux; ils sont constitués d’une page statique avec une liste des emplois disponibles et sur laquelle les candidats doivent revenir périodiquement pour voir les nouvelles offres. (Ex.: UQAR.ca). Les plus complexes sont de véritables systèmes d’information qui permettent aux chercheurs d’emplois de créer leur profil et d’enregistrer leur c.v. dans les bases de données de l’entreprise (Ex.: Gouvernement du Canada, Desjardins, Défense Nationale). Souvent, les candidats peuvent aussi automatiser l’envoi des offres d’emplois en fonction de critères qu’ils personnalisent. En théorie, ce processus devrait leur permettre d’économiser du temps (car ils n’auraient plus besoin de retourner sur le site consulter les offres), mais en pratique les filtrent des bases de données ne sont pas toujours fiables.

Associations professionnelles ou étudiantes

Au lieu de passer directement par les sites des employeurs il peut être intéressant de passer le les sites des associations professionnelles ou étudiantes qui regroupent les offres d’emplois de plusieurs employeurs dans des secteurs industriels déterminés. Cette tactique est d’autant plus payante que, selon Job-hunt.org (20??, http://bit.ly/eoNKxk), 70 % des gens aux États-Unis sont membres d’au moins une organisation et 25 % sont membres de plus de 4 organisations. En plus d’être un moyen plus rapide pour trouver des emplois dans un même secteur, c’est aussi un moyen de se faire connaître par les gens des réseaux de l’emploi convoité. Des exemples d’associations américaines classées par secteurs industriels peuvent être consultés sur le site de Job-hunt et sur celui de Weddles. Des exemples d’associations canadiennes classées par secteurs géographiques peuvent aussi être consultés sur le site du Centre d’information canadien sur les diplômes internationaux.

Les sites d’emplois

Les sites d’emplois permettent aux employeurs de rejoindre un plus grand nombre de personnes sur le Web en y plaçant leurs annonces. Ces annonces sont ensuite rangées dans une base de données que les candidats peuvent consulter en cherchant par catégories (industrie, profession, salaire, etc.). Il existe deux types de sites d’emplois, soit les sites d’emplois généralistes (Ex.: Workopolis, Monster,  Joboom) et les sites d’emplois spécialisés (Ex.: ITjobs.ca, Infopresse.com, Legaljobs.ca) . Ces placements peuvent être payants dans le cas des sites d’emplois professionnels, ou gratuits dans le cas des sites d’emplois gérés par les universités, par exemple. Des listes plus exhaustives de sites d’emplois généralistes et spécialisés peuvent être consultés au besoin.

Même si les sites d’emplois peuvent être consultés gratuitement par les employés et qu’ils offrent les mêmes possibilités (sinon plus) que les extranets d’emplois utilisés par certaines entreprises, le problème est qu’ils sont trop nombreux. En fait, selon Weddles, le Web comporterait plus de 40 000 sites d’emplois (2006, http://bit.ly/eT3PCL). Un candidat qui veut utiliser plusieurs de ces sites doit passer un temps considérable pour mettre à jour son profil sur ceux-ci.

Les petites annonces en ligne

Les petites annonces en ligne sont l’extension directe de la section des petites annonces des journaux traditionnels. Avec une présence dans plus de 450 villes dans le monde et plus de 150 000 emplois publiés chaque mois (Job-hunt.org, 20??, http://bit.ly/eunbLe), Craiglist.org est probablement l’exemple le plus connu de ce type de méthode pour trouver du travail. En général, la publication d’offres d’emplois sur Craiglist est gratuite, ce qui entraîne malheureusement une prolifération de spam; il faut donc être vigilant quand on y recherche des emplois. Plus près de nous, d’autres exemples de petites annonces payantes peuvent être consultés sur LesClassees.com ou sur ViteViteVite.ca. Tous comme pour les sites d’emplois, les employeurs doivent payer pour publier leurs annonces sur ces sites.

Les agrégateurs d’emplois

Pour éviter de passer trop de temps à rechercher sur de multiples sites d’emplois, les candidats peuvent se concentrer sur un agrégateur d’emplois. Un agrégateur d’emplois est comme un moteur de recherche spécialisé qui balaye tous les sites d’emplois et rassemble les offres dans une base de données centrale. Tous comme pour les sites d’emplois, il existe des agrégateurs d’emplois généraux (Ex.: Indeed.com , SimplyHired, JustJobs.com) et spécialisés (Ex.: LinkUp.com, GreenJobSpider.com).

Les sites d’outsourcing

Pour les professionnels qui préfèrent travailler à leur compte, il peut être intéressant de passer par des sites qui se spécialisent dans la mise en relation des employeurs et des contractuels pour la réalisation de mandats spécifiques. Des sites comme Elance.com, Guru.com, Scriptlance.com, Odesk.com et Freelancer.com sont quelques exemples d’entreprise en ligne ou les employeurs et les employés doivent payer une commission pour utiliser l’infrastructure technologique qui leur permettra d’entrer en relation. D’autres exemples peuvent être consultés sur le site de Freelanceswitch.

Le site des recruteurs

Afin d’économiser dans le maintien ou l’externalisation des systèmes d’information de recrutement, ou dans la publication d’offres d’emplois sur des sites périphériques, ainsi que pour éviter de recruter dans un bassin trop large de candidat, les employeurs peuvent confier les postes à combler à des firmes spécialisées en recrutement. Alors que certains recruteurs touchent une commission que de l’employeur, d’autres font aussi payer les employés pour les mettre en relation avec les bonnes personnes. Il existe un peu plus de 4500 agences de recrutement au Canada qui oeuvrent dans des secteurs industriels particuliers.

Les réseaux sociaux

En général, il existe 3 méthodes pour utiliser les médias sociaux pour sa recherche d’emplois :

  1. laisser une trace positive de sa valeur;
  2. faire du réseautage professionnel;
  3. utiliser des applications pour trouver des emplois.

8.1 Laisser une trace positive de sa valeur

L’utilisation des médias sociaux est un changement de paradigme dans le monde du recrutement. Alors que dans les exemples précédents, les offres d’emplois partent des employeurs et sont dirigées de façon unidirectionnelle vers les employés à l’aide d’un moyen de diffusion spécifique, les médias sociaux partent de l’employé, et en positionnent la valeur dans un réseau de contacts qui l’aide à trouver le poste recherché. Pour le dire autrement : avec les réseaux sociaux, ce ne sont plus nécessairement les employés qui vont vers les employeurs, mais bien les employeurs qui vont vers les employés. Emakina illustre bien la différence entre les stratégies de push et celles de pull du recrutement 1.0 et du recrutement 2.0 (2008, http://slidesha.re/gdRehw, p.35).

Le propre des médias sociaux est de permettre aux candidats de faire rayonner leur valeur non seulement dans un c.v., mais bel et bien par la trace sociale qu’il laisse dans l’ensemble des médias qu’ils utilisent sur Internet. C’est ainsi que les médias sociaux ne sont pas seulement un lieu pour chercher des emplois, mais bien un lieu pour diffuser la valeur de ses services à l’intérieur d’un réseau ou de plusieurs réseaux ciblés. Ce rayonnement rend l’exercice de catégorisation des médias sociaux destinés à la recherche d’emploi difficile. Car bien qu’un candidat peut faire rayonner directement sa valeur dans un réseau social professionnel comme LinkedIn ou Viadeo, c’est souvent dans des réseaux périphériques non professionnels comme Facebook, Twitter ou même un blogue personnel que sa valeur peut aussi fluctuer.

D’une part, cette frontière très floue entre réseaux professionnels et réseaux personnels, force les chercheurs d’emplois à faire attention à ce qu’ils disent dans l’ensemble de leur actif digital. D’autre part, la même situation force les employeurs à déterminer s’il vaut la peine de faire un audit de cet actif digital lorsque vient le temps d’embaucher un nouvel employé (avec des outils comme ceux de Jobvite.com ou de BraveNewTalent.com, par exemple)

8.2 Faire du réseautage professionnel

Au lien de passer par le site d’une association professionnelle ou bien par les services d’un recruteur pour rencontrer les bonnes personnes, les médias sociaux facilitent l’accès direct aux dirigeants qui embauchent dans les entreprises. Selon la fameuse théorie du 6 degrés de séparation de Frigyes Karinthy, cet accès est d’autant plus facilité que la communauté d’un réseau est bien entretenue.

Le propre des réseaux professionnels est de permettre aux individus de gérer leur profil, de connecter avec d’autres individus, de partager des intérêts via toutes sortes d’applications. Alors que les réseaux sociaux professionnels les plus populaires comme LinkedIn ou Spoke (États-Unis), Viadeo (France), Ecademy (Allemagne) Xing (Allemagne), Tianji ou Ushi (Chine), Brijj (Inde) sont des réseaux généraux au sein desquels peuvent se créer plusieurs sous-groupes de communautés aux intérêts spécifiques, il existe aussi des réseaux professionnels spécialisés qui sont très populaires auprès de professionnels au profil spécifique. À titre d’exemple, nommons les services de Ning ou de Meetup qui permettent aux internautes de créer facilement des communautés d’intérêts spécifiques. Ou des sites comme Gather, qui rassemble un réseau de rédacteurs et d’écrivains; StartupNation, qui rassemble un réseau d’entrepreneurs; HomebasedBusiness, qui rassemble une communauté de gens qui travaillent à la maison; Doostang, qui rassemble une communauté de jeunes des 30 meilleures universités aux États-Unis qui s’intéresse à des emplois dans le secteur des finances; etc.

En fait, le nombre de communautés professionnelles spécialisées est effarant. Bien que le nombre de membres de ces communautés est souvent très petit en comparaison à celui des réseaux professionnels les plus populaires, il n’en demeure pas moins que ce sont des communautés hyper ciblés pour faire du réseautage.

8.3 Utiliser des applications pour trouver des emplois

Ce qui est très intéressant avec la montée de tous ces réseaux sociaux est le nombre de données qui sont soudainement mises en circulation. Ces données du big data peuvent être analysées à l’aide de techniques de data mining afin d’en extraire des informations recherchées. C’est ainsi qu’une panoplie d’applications ou de services Web destinés à l’aide pour la recherche d’emploi font leur apparition dans le paysage de l’Internet.

Sur Twitter, par exemple :

  • Twitjobsearch.com, Twitterjobcast.com – moteurs de recherche général pour trouver les emplois sur Twitter;
  • Jobmotel.com – moteur de recherche spécialisé pour trouver les emplois en développement Web sur Twitter;
  • Twellow.com – un annuaire pour trouver des professionnels sur Twitter en fonction de critères ultra spécifiques;
  • Tweetmyjobs.com – un agent de recrutement virtuel qui vous fais parvenir les offres d’emplois qui correspondent avec votre profil;
  • Connecttweet.com – mieux comprendre ce qui se passe dans une entreprise en analysant le flux de ses employés sur Twitter.

Sur Facebook, par exemple :

  • Branchout.com – Trouve les offres d’emplois qui sont reliées à son réseau dans Facebook;
  • la plupart des moteurs de recherche ont aussi leur application de recherche sur Facebook.
Tout se passe comme si ces applications sont des moteurs de recherche spécialisés pour trouver des emplois sur les réseaux sociaux. En ce sens, l’utilisation de ces outils ressemble beaucoup aux tactiques utilisées dans les méthodes de recherches d’emploi 1.0, si ce n’est que de l’accès immédiat aux diffuseurs des informations.
Quelle est votre méthode préférée pour trouver des emplois? Est-ce que vous utilisez aussi des applications pour les téléphones intelligents? N’hésitez pas à laisser un commentaire.

La photo provient du site Crinquand.com.

  • Pingback: Tweets that mention Trouver des emplois sur Internet | Recrutement en ligne | Recherche -- Topsy.com()

  • Chloé

    Merci pour votre mention d’Indeed! Nous sommes ravis que vous trouviez notre site utile. Toutefois je me permets de vous envoyer un lien vers notre site spécifiquement canadien, disponible en français: http://www.indeed.ca/
    Nous sommes présents dans plus de 50 pays, en 24 langues.
    Très cordialement,
    Chloé

    Chloé Casey
    Indeed – un clic. tous les emplois.
    Indeed.ca

    • http://www.kinaze.org kinaze

      Bonjour Chloé! Votre commentaire est un excellent exemple d’organisation qui prend le temps d’écouter ce qui se passe sur le Web! Merci d’avoir pris du temps pour nous faire part de cette précision. J’ajoute que j’aime beaucoup les statistiques de tendances d’emploi dans les différents secteurs de l’industrie et qu’on peut consulter sur votre site au http://ca.indeed.com/jobtrends/industry . Vraiment intéressant!