Quora : un réseau social de questions et réponses

Cet article est le premier d’une série de 4 articles à propos de Quora. Téléchargez le dossier complet.

Le Web social, terme pratiquement inconnu il y a quelques années, a pris une importance considérable dans la vie d’une bonne partie de la population. Sa croissance exponentielle et l’arrivée de nouveaux sites et outils de façon régulière ont contribué à sa popularité. Parmi les sites sociaux s’étant le plus démarqués dans les dernières années se trouvent Facebook, Twitter et LinkedIn, mais plusieurs autres sites moins connus offrent également une plateforme sociale intéressante. Parmi les petits nouveaux qui sont en train de percer le marché se trouve Quora, un site social de « questions/réponses » (Q&A). En décembre et janvier derniers, le site a connu un pic de trafic étonnant, démontrant un intérêt de la population ; explorons d’un peu plus près ce site qui se démarque des autres sites de Q&A, tels que ChaCha.com, Ask.com, Facebook Questions ou Mahalo Answers par exemple, et ce, entre autres grâce à son caractère social. De plus, comparativement à Yahoo Answers, Google’s answer, True knowledge, Ask Jeeves et Bing’s answer “not only was Quora the most fun to use, it also came up with the best set of answers” (Osmond, 2011), poussant donc le B2C Marketing Insider à le classer dans les sites à surveiller en 2011. Ce site est « one of the newest and shiniest objects in the social space” (Strawn, 2011), mais surtout, il est utile! Il vaut la peine de regarder un peu plus en détail ce en quoi il consiste. Tout d’abord, nous décrirons les fonctions de la plateforme, nous partagerons ensuite un aperçu des statistiques cumulées sur Quora, avant de vous faire part de nos impressions et prédictions. Finalement, nous discuterons de son impact sur la fonction marketing.

Description des fonctions de Quora

O’Dell, de Mashable, a publié une courte vidéo d’introduction sur le fonctionnement de Quora.

Les gens se connectent et peuvent poser et/ou répondre à des questions sur des sujets divers. Les réponses peuvent être votées « up » ou « down », selon la pertinence et la qualité de la réponse; les réponses les plus populaires doivent donc, en principe, se retrouver en top de liste. Il faut être inscrit pour pouvoir naviguer sur le site (bien que les liens soient accessibles à tous); uniquement les personnes réelles peuvent ouvrir un profil et cela peut être fait via son compte Twitter ou Facebook si désiré, donnant ainsi une idée des sujets d’intérêts de l’individu et permettant de connecter avec des contacts provenant de ces deux sites. Il est également possible de suivre (ou rechercher) des personnes, des sujets et des questions particulières; ceci permet d’avoir les « updates » en temps réel. Lorsqu’il y a une nouvelle intervention sur des sujets, personnes ou questions suivies, celles-ci apparaissent sur la page d’accueil. De plus, “you are notified whenever someone follows you and you may be prompted to suggest topics for someone who starts following you. Like Facebook and Twitter, a list of users who you might want to follow is suggested in Quora…If someone I follow posts a question, answers a question or votes an answer up or down, this activity appears on my Quora home page…new messages are indicated with a red number that appears over your personal « Inbox » at the top of the Quora site” (Boehret, 2011). Un sujet d’intérêt n’existe pas sur la plateforme? Simple, vous pouvez le créer! Selon plusieurs blogueurs influents (ex : Robert Scoble, David Spinks, Chris Brogan, etc.), Quora a le potentiel pour devenir une source incontournable d’informations de haute qualité.

Le site a été créé par deux anciens de Facebook : Adam D’Angelo, qui était responsable du département technologique (CTO) et VP en ingénierie, et Charlie Cheever, qui dirigeait Facebook Connect et la plateforme Facebook. “Cheever says that the site was built from his own need to have answers to questions…: « I’d catch myself at every point in the day when I wanted to know something, and I tried to imagine what life would be like if that information was available »” (Arthur & Kiss, 2011). Ils ont constaté que les gens sont prêts à partager leurs connaissances, opinions et expertises et, puisqu’il y a un besoin -tout le monde a une question non répondue un jour ou l’autre- c’est ce qui les a encouragés à aller de l’avant et créer une plateforme qui permet aux gens de partager facilement. Quora semble simple à utiliser ; O’Dell, de Mashable, affirme qu’ils ne sont pas les seuls à aimer le design de Quora et réfère à « Why do most people like Quora’s user interface? ». Malgré tout, certains commentaires suite aux articles de blogues revus mentionnaient que la navigation du site n’était pas intuitive pour eux… Celle-ci offre trois options de vue différentes : “Your Feed, All Changes or Followed Questions; users can toggle between these views” (Boehret, 2011).

Le site est propriété de la compagnie privée Benchmark Capital, située à Palo Alto, en Californie, qui a investi 11 millions $ pour le mettre sur pied. Il a été mis sur le marché en version bêta, sur invitation uniquement, en janvier 2010, a ensuite été ouvert au grand public en juin 2010, mais a depuis peu été remis en mode “sur invitation” sur certains territoires (ex: Europe). Une version mobile du site est également disponible, optimisant l’utilisation via des appareils mobiles.

Quora est intéressante puisqu’elle permet de connecter avec tous, pas juste avec les gens que vous connaissez. Il est possible de suivre qui vous voulez et n’importe qui peut répondre à vos questions, même des experts/icônes dont vous n’auriez jamais osé espérer avoir une interaction avec. Quora est un site collaboratif, un peu dans le genre de Wikipédia, ce qui permet au contenu d’être en amélioration continue et de bénéficier des connaissances de la masse. Le site se veut un site de référence qui accumule les connaissances au fil du temps et qui permet à la communauté de faire la « police » pour avoir un site de la plus grande qualité possible. Ce site est simple et sa popularité grandissante peut aussi être liée au fait que plusieurs leaders sont actifs sur le site, partageant leurs opinions et connaissances (ex : Robert Scoble, Chris Brogan, Michael Jordan, « Even Google’s head designer, Irene Au » (Arthur & Kiss, 2011), etc.). En fait, “this combination of getting answers in near-real-time combined with an open community of thought leaders is powerful, to say the least.” (McTigue, 2011). Le fait de pouvoir percevoir une valeur presque instantanément est également un facteur incitatif à l’utilisation de la plateforme. Une belle interaction est notable sur le site, via les commentaires et l’utilisation de courriel intégré.

Il est possible d’ajouter une biographie et photo à son profil, permettant d’augmenter sa crédibilité sur certains sujets. Il est également possible de sélectionner les options dans la section « settings », pour les différentes sections (email address, email settings, account, connect accounts); par exemple, il est possible de recevoir des mises à jour par courriel (selon vos préférences), de filtrer le contenu « adulte » si désiré, de dire au site de ne pas indexer votre nom et, contrairement à d’autres sites sociaux, il est simple de désactiver son compte. De plus, vous pouvez interrelier vos comptes Twitter, Facebook et même votre blogue (Tumblr ou WordPress) (voir ANNEXE 1 pour plus de détails sur les options « settings »), facilitant ainsi le partage de questions et/ou réponses.

Les idées sont partagées quant à l’utilité et la possibilité de survivre et d’offrir des interventions de qualité au fil du temps, mais, ceci étant dit, on ne peut réfuter que la plateforme a un potentiel considérable pour les internautes, ainsi que pour les professionnels en marketing. Constatez de vous-même en regardant les statistiques qui suivent.

Cet article a été rédigé par Émilie Gosselin et Virginie Chabot, pour un travail d’équipe u MBA.

La photo provient de l’article « Quora: the 10 most unexpected questions » sur bspcn.com.